• Les banques en ligne séduisent de plus en plus de clients… grâce à la crise

    Si les banques en ligne ont peiné à séduire les clients à leurs débuts, la tendance pourrait bien s’inverser dans les années à venir. En effet, dans un contexte de crise économique, les français ont tendance à surveiller toutes leurs dépenses, dont celles dédiées aux produits bancaires. Les banques en ligne ont des offres tarifaires imbattables, ce qui s’avère un argument de taille en période de crise. Certaines banques en ligne proposent même gratuitement les services bancaires de base. Ces offres tarifaires alléchantes s’expliquent par l’absence de guichet, ce qui représente une économie importante pour les organismes financiers. Les clients sont donc de plus en plus tenter de se tourner vers une banque en ligne, que ce soit pour l’ouverture d’un compte principal ou secondaire.
    Actuellement, les banques en ligne comptent un peu moins de 5 % de part de marché. Mais les ouvertures de compte en ligne ont commencé à s’accélérer fin 2013. En plus de prix attractifs, les banques en ligne bénéficient de la généralisation des smartphones et de la 4G qui facilitent la gestion des comptes et les relations avec sa banque en toute mobilité. Les banques en ligne touchent surtout une population jeune. La majorité des clients ont moins de 40 ans. Ce phénomène peut s’expliquer par le fait que les jeunes sont parfaitement coutumiers des utilisations mobiles et que ce type de gestion correspond à leur mode de vie.
    Certaines caractéristiques de la banque en ligne peuvent cependant être un frein pour de nombreux clients. L’absence de relation physique entre les clients et la banque en est l’un des principaux. De nombreux clients sont en effet rassurés par le fait de pouvoir rencontrer un conseiller clientèle en cas de problèmes ou de questions relatives à leur compte bancaire. De plus, il faut savoir que des conditions de revenus ou d’épargne peuvent être imposées par les banques en ligne. Par exemple, certaines d’entre elles ne proposent la gratuité de la carte bancaire qu’aux clients qui gagnent plus de 1 200 € par mois ou qui disposent d’au moins 5 000 € d’épargne. Si vous recherchez un compromis entre la banque en ligne et la banque classique, sachez qu’il est possible d’opter pour des solutions de compte en ligne. La majorité des banques proposent ce type de service. C’est notamment le cas de la Banque Populaire http://www.banquepopulaire.fr/Institutionnel/nous-connaitre/banque-multicanal/banque-a-distance/Pages/banque-a-distance.aspx. Mais cette banque propose aussi de nombreux avec par exemple des produits d’épargne tels que le compte épargne logement : http://www.banquepopulaire.fr/Catalogue/Produits/Pages/compte-epargne-logement.aspx.

    Articles qui ont permis de rédiger le post :

    1. http://www.latribune.fr/entreprises-finance/20140218trib000816003/les-banques-en-ligne-seduisent-de-plus-en-plus-de-clients-grace-a-la-crise.html
    2. http://www.lesechos.fr/20/02/2012/LesEchos/21127-155-ECH_les-banques-en-ligne-seduisent-un-nombre-croissant-de-francais.htm

    Comment fonctionne un PEA ?

    Placer de l’argent en bourse est à la portée de tous grâce aux innovations apportées dans ce domaine, le PEA est l’une d’entre elles.
    C’est une manière qui permet d’encourager l’investissement des particuliers. Qu’est-ce que le PEA ? Comment fonctionne-t-il ?
    Comment cela fonctionne ?
    Le Plan Épargne en Actions est un livret qui accorde la gestion d’un portefeuille d’actions en franchise d’impôt sur les dividendes et les plus-values, dans la mesure où aucun retrait n’a été effectué durant les cinq premières années. Il existe deux types de PEA, à savoir le PEA classique et le PEA PME-ETI, pour les PME et les ETI. Ces deux types sont cumulables et fonctionnent de la même manière sauf sur le plafond des versements et les titres éligibles.
    L’ouverture d’un PEA est avant tout, destinée au contribuable ayant un domicile fiscal en France. Vous pouvez ouvrir un PEA auprès d’une banque, dans ce cas, votre PEA bancaire est alors constitué d’un compte espèces et d’un compte titre. Il existe aussi auprès d’une entreprise d’assurances, votre PEA prend alors la forme d’un contrat de capitalisation en unités de compte. Si vous voulez confier la gestion de votre compte à un professionnel, vous pouvez faire appel à Cortal Consors. Afin d’En savoir plus sur le PEA de Cortal Consors, vous pouvez visiter leur site.
    Admissibilité
    Outre le fait d’être une personne majeure et qui réside fiscalement en France métropolitaine, vous devez aussi signer un contrat avec votre banque ou l’entreprise d’assurances. Le PEA est un compte mono-titulaire donc il est impossible et interdit d’ouvrir un compte indivis ou compte joint. Sachez que les personnes soumises à une imposition commune ne peuvent être titulaires que d’un PEA par conjoint ou par partenaire de PACS.
    Une fois le contrat signé, vous devez faire votre versement. Sachez que le compte ne sera ouvert qu’à partir de votre premier versement. La date d’ouverture correspond donc à la date du premier versement. Les sommes versées sur un PEA restent bloquées sur une période de 8 ans. Sachez que si vous effectuez un retrait avant 5 ans, vous risquez de perdre des avantages fiscaux liés au PEA. Si vous retirez avant 8 ans, sachez que les retraits restent autorisés sans clôture du PEA. Après un premier retrait, il n’est plus possible d’effectuer de versements. Il faut donc être respectueux des règles parce que le non-respect peut engendrer la fermeture de votre compte.

    Assurance emprunteur : le droit à l’information

    L’assurance emprunteur est indispensable dans le cadre de nombreux crédits tels que le crédit immobilier. Même s’il n’y a pas d’obligation légale à la souscrire, les établissements bancaires l’exigent souvent. Elle se présente comme une sécurité aussi bien pour le prêteur que pour l’emprunteur et sa famille. Cette assurance, qui est limitée à la durée du crédit, garantit son remboursement en cas de décès. Elle est souvent complétée par une garantie des risques d’incapacité et d’invalidité. Depuis le 1er juillet 2009, et pour répondre aux obligations de la loi Lagarde, les établissements proposant une assurance emprunteur ont le devoir d’informer l’assuré sur les garanties et le coût de cette assurance. Mais de son côté l’assuré doit communiquer un certain nombre d’informations à l’assureur.
    Les banques et organismes de prêt doivent informer l’emprunteur sur le caractère facultatif ou non de l’assurance emprunteur. Lorsqu’elle est obligatoire, l’emprunteur doit être informé de sa possibilité de souscrire une assurance équivalente auprès d’un autre prestataire que l’organisme qui lui concède le crédit. Tout document sur l’assurance emprunteur remis avant l’offre de prêt doit indiquer le coût total de l’assurance sur la durée totale du prêt et le coût de l’assurance par période. Le taux annuel effectif de l’assurance (TAEA) doit également être mentionné. En outre, pour toute proposition d’assurance emprunteur, une fiche d’information standardisée doit être remise. Cette fiche d’information doit notamment détailler les différentes garanties proposées.
    De son côté l’emprunteur doit communiquer certaines informations en toute transparence à l’assureur. Ces informations permettent à l’assureur d’apprécier le risque qu’il prend en charge. Il doit répondre à un questionnaire sur son état de santé. Il doit veiller à y répondre sincèrement et avec la plus grande exactitude. En cas de fausse déclaration le contrat peut être considéré comme nul. L’emprunteur devra notamment mentionner s’il pratique un sport ou un métier à risques. Les informations communiquées sont protégées par le secret professionnel. Par ailleurs, l’emprunteur peut faire en sorte que ses réponses ne soient connues que du médecin-conseil. Pour cela, il doit glisser le questionnaire de santé dans l’enveloppe cachetée, puis glisser cette enveloppe dans celle destinée au service compétent de l’assureur. Avant d’emprunter n’hésitez pas à vous renseigner sur les différents crédits proposés. De nombreuses banques proposent des informations en ligne. Par exemple, sur le site de la Banque populaire, vous trouverez des informations pour chaque type de projet. Pour chaque projet vous trouverez aussi des informations sur les modalités d’assurance. découvrez ici plus de renseignements.

    Réussir son déménagement : le guide

    La location camion demenagement par Fretbay ou par un autre professionnel est l’assurance de partir en toute quiétude. Au-delà de la logistique et l’organisation, il faut toutefois également prévoir certaines démarches administratives pour mener à bien cet événement.

    Ce qu’il faut savoir

    Le déménagement est connu comme une source d’angoisse et de stress. Entre l’organisation, la logistique, le recours à une entreprise spécialisée ou le cout de déménagement, il est facile de perdre ses repères. La situation entraîne d’ailleurs souvent un bouleversement important, et ce, d’autant plus si l’on a vécu longtemps à l’ancienne adresse. Si l’on a pris soin de se préparer – tant au niveau de l’organisation que de la logistique — et qu’on s’est entouré de professionnels, il ne doit généralement pas y avoir de problème. Une fois arrivés à destination, ceux-ci se chargent de transporter les meubles et de les installer en fonction des besoins et demandes. C’est cependant sur le volet administratif qu’ils ne peuvent plus intervenir. Il revient en effet à la personne ayant changé d’adresse de s’occuper des différentes démarches suite au déménagement.

    Une fois installé, il est important de renouveler certains documents dans les plus brefs délais. Les plus importants restent les papiers d’identité puisque devant accompagner chaque personne en toutes situations et nécessitant donc d’être mis à jour. Il faut ainsi prendre contact avec la mairie de sa nouvelle résidence pour demander la modification de l’adresse inscrite dans les documents d’identité, à savoir la carte nationale d’identité et le passeport. Le demandant doit se munir de différentes pièces justificatives dans les deux cas. Pour la carte nationale d’identité, il s’agit de l’ancienne carte qui n’est donc plus valable, de deux photos d’identité et d’un justificatif de domicile obtenu auprès de la mairie. Pour le renouvellement du passeport, les pièces à fournir sont composées de l’ancien passeport, d’un extrait d’acte de naissance, de deux photos d’identité et d’un justificatif de domicile.

    Les mesures à prendre vis-à-vis des organismes et administrations

    La carte nationale d’identité et le passeport ne sont pas les seuls éléments à modifier dans le cadre d’un changement d’adresse. Certains papiers et documents doivent également être renouvelés. La plupart du temps, il s’agit des dossiers en lien avec les organismes et administrations qui doivent faire l’objet de démarches de transfert. Par exemple, la caisse primaire d’assurance maladie du précédent domicile devra être mise au courant par lettre de notification de déménagement. À cette lettre seront joints une copie de l’attestation de Carte vitale, un Relevé d’Identité Bancaire et une fiche de situation téléchargeable sur le site de l’organisme. La mutuelle santé devra également être avertie de la même manière, mais seul un RIB mentionnant un éventuel changement de banque sera joint à la lettre. Ce type de scénario se produit surtout si le déménagement se fait d’une commune à une autre.

    Outre ces organismes, il est également important de prévenir la caisse d’allocations familiales de son ancien domicile, sa caisse de retraite si l’on en possède une et, surtout, le centre des impôts de l’ancienne résidence ainsi que de la nouvelle. La lettre de notification de déménagement mentionnant les informations personnelles ainsi que la nouvelle adresse est là encore requise. De manière générale, ce sont tous les organismes et toutes les administrations avec lesquels on est en relation qui doivent être avertis. Il est même possible que l’on ait à envoyer une lettre de notification de déménagement à Pôle Emploi si on y est inscrit. Enfin, il ne faut pas oublier de prévenir la poste pour être certain de recevoir son courrier et ses colis à son nouveau logement. Il est conseillé de se rendre sur les sites spécialisés pour en savoir encore plus sur le sujet.

    Logement : comment faire estimer sa valeur ?

    Vous souhaitez vendre un logement ? Vous devez faire estimer un logement dans le cadre d’une succession, d’une donation ou d’une déclaration d’ISF ? Découvrez comment faire estimer la valeur d’un logement.

    Vous pouvez tout d’abord vous faire une première idée sur la valeur de votre bien en consultant les statistiques publiées sur internet ou dans les revues immobilières. Ces statistiques reprennent les chiffres publiés par les agents immobiliers et les notaires. Vous pourrez ainsi y trouver les prix moyens de vente par région, département, ville ou même par quartier. Certaines statistiques détaillées pourront vous fournir des chiffres par types de biens. Afin d’estimer le vôtre, prenez le prix moyen de vente au m2 pour des biens immobiliers similaires et dans la même zone géographique. Il vous suffit ensuite de multiplier le prix moyen au m2 par la superficie de votre logement. Vous pouvez aussi essayer de faire une estimation rapide du logement sur internet. Cependant les outils proposés utilisent des informations générales. Ils se basent souvent seulement sur le type de logement, sa localisation et sa superficie. Ils ne sont pas en mesure de prendre en considération les caractéristiques spécifiques à votre logement. Vous n’obtiendrez donc pas une estimation précise.

    Si vous souhaitez vendre un logement, vous pouvez faire estimer sa valeur par un agent immobilier. Ce type de prestation est fréquemment offert par les agences immobilières qui espèrent ensuite obtenir un mandat de vente. L’inconvénient est que pour pouvoir récupérer une vente, certains agents immobiliers seront tentés de surévaluer votre logement. N’hésitez donc pas à faire appel à différents agents immobiliers afin de confronter leurs estimations, vous pourrez même faire la moyenne des estimations.

    En cas de démarches administratives, de donation, de succession ou de déclaration d’ISF (http://www.impots.gouv.fr/portal/dgi/public/particuliers.impot?pageId=part_isf&espId=1&impot=ISF&sfid=50) il est conseillé de faire effectuer une estimation par un expert agréé auprès des tribunaux. Cette prestation vous sera facturée mais la fiabilité de l’estimation sera garantie et rarement contestée. L’expert se basera sur toutes les caractéristiques de votre logement mais vous demandera aussi de lui fournir des documents officiels tels que l’acte de vente et les diagnostics techniques. Si vous envisagez de changer de logement, n’oubliez pas non plus de vous renseigner sur les démarches pour assurer le nouveau logement. Les banques proposent généralement à la fois des prestations bancaires et d’assurance. A titre d’exemple, la Banque Populaire propose des services d’assurance habitation http://www.banquepopulaire.fr/Catalogue/Gammes/Pages/particuliers-assurance-habitation.aspx ou encore de crédit http://www.banquepopulaire.fr/Catalogue/Besoins/Pages/particuliers-emprunter.aspx.

    Quels bénéfices tirer du passage vers le SEPA ?

    Avec la création du projet Espace Unique de Paiements en Euros ou SEPA, les 27 membres de l’Union Européenne avec l’Islande, la Norvège, la Suisse, le Liechtenstein et Monaco ont maintenant la possibilité d’effectuer leurs virements et prélèvements avec une monnaie unique, l’euro. Ce système est mis en place afin de concorder les normes techniques. Depuis le début de février 2014, tous les titulaires de compte bancaire doivent avoir basculé dans ce système. Particuliers ou entreprises doivent y adhérer, même ceux qui n’effectuent pas des opérations de paiements transfrontalières.

    Avec ce système, les virements effectués par des particuliers et des entreprises se feront à partir des standards SEPA France. Quand aux virements automatiques, c’est-à-dire ceux qui sont programmés et effectués par la banque, ils ont été changés automatiquement sans que les titulaires aient eu à intervenir. En ce qui concerne le coût de conversion vers le SEPA, cela varie selon la structure et l’envergure de l’entreprise. Ce sont les travaux d’actualisation des outils informatiques qui ont engendré le plus de coûts. Cela va des logiciels de gestion à l’actualisation des bases de données.

    Dans le concret, avec le basculement dans le SEPA, les titulaires de compte peuvent identifier les services des entreprises tels que la comptabilité, les ressources humaines, le service commercial ou les achats. Il sera ainsi plus facile de faire appel à l’expert-comptable pour un contrôle de la comptabilité. Ces mêmes titulaires ont aussi l’opportunité d’enregistrer les coordonnées bancaires sous le format BIC+IBAN.

    Par rapport au relevé d’identité bancaire qu’il remplace, quels sont les bénéfices que peuvent tirer les particuliers et les professionnels du SEPA ? Avec ce système, la gestion comptable sera plus accessible dans la mesure où l’émetteur du virement aura à sa disposition plus de détails tels que les références clients de 35 caractères ou les zones libres de 140 caractères. La gestion de la trésorerie de l’entreprise sera aussi valorisée puisque le système permet d’effectuer le virement en, seulement, une journée.

    Ainsi, avec le SEPA, le système de prélèvement et de virement ne se limite plus à la France. Il s’étend vers d’autres pays ayant adhéré au système. Pour l’entreprise, son outil informatique a pu être rénové puisque pour effectuer des opérations SEPA, il faut que cet outil soit compatible. Et le plus important, sans doute, est le délai de virement qui n’excède pas les 24 heures. D’autres avantages sont à consulter sur hsbc.fr.

    Zoom sur les traditions du baptême

    Parmi les sacrements des églises chrétiennes, le baptême est le premier, puisqu’il est généralement célébré dès les premiers jours du bébé, ou du moins pendant son enfance, plus rarement à l’âge adulte. Cette cérémonie rappelle celle du Christ dans les eaux du Jourdain par Jean le Baptiste.

    La première étape est de discuter avec le prêtre de votre paroisse ou du lieu de culte de votre choix. Il s’agit de fixer la date du baptême, mais aussi de vous préparer spirituellement. Pour un nouveau-né, ce sont les parents qui sont formés pour comprendre le sens de ce sacrement. Si la personne à baptiser est un enfant ou un adulte, elle doit elle-même suivre le catéchuménat, une période de découverte de la foi.

    Le jour du baptême est placé sous le signe du blanc, qui symbolise la pureté. Pour la tenue, un costume de baptême est recommandé pour un garçon (à choisir ici http://www.boutique-magique.fr/costume-bapteme) et une robe pour une petite fille (vous en trouverez un large choix ici http://www.boutique-magique.fr/robe-bapteme), complétée éventuellement par l’écharpe de baptême, qui devient un accessoire tendance.

    Outre le baptême religieux, une nouvelle pratique a vu le jour : le baptême civil.
    En France, cette cérémonie laïque de parrainage républicain est célébrée par de nombreuses mairies. Une marraine et un parrain sont aux côtés de parents, mais ils ne jouent qu’un rôle purement moral ; un certificat de baptême est remis, mais il ne donne aucun droit particulier à son détenteur.

    Pour passer plus de temps avec vos proches, vous pouvez organiser un cocktail ou un déjeuner, car cet événement de joie est l’occasion de réunir toute une famille. Pensez à envoyer les faire-part suffisamment tôt, réservez la salle et le traiteur. Prenez vos dispositions le plus tôt possible, surtout en été, qui est la saison la plus fréquemment choisie pour la célébration d’un baptême.

    Avec ou sans réception, offrir une boite de dragées est la tradition. Pour respecter la tradition, choisissez des amandes enrobées de sucre blanc ou de chocolat présentées dans des bonbonnières en coton, des aumônières au crochet, etc.

    Et si vous êtes invité, n’oubliez pas le cadeau. Le parrain et la marraine offrent le plus souvent un bijou (médaille, bracelet, collier) ou un coffret à bijoux. Le sujet religieux n’est pas obligatoire, il peut être remplacé par le prénom du baptisé et éventuellement, la date. À part les bijoux, vous ferez certainement plaisir à l’enfant et aux parents avec des articles durables uniques de fabrication artisanale.

    Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/abc-lettres/bien-ecrire/bapteme-organisation-cadeau-deroulement.html

    Cuisine maison : pourquoi se mettre aux fourneaux ?

    Qu’on réalise des brownies aux noix http://www.latableadessert.fr/recettes-chocolat/desserts/brownies-aux-noix ou un délicieux fondant au chocolat http://www.latableadessert.fr/recettes-chocolat/desserts/fondant-au-chocolat à la maison, on ressent forcément une certaine satisfaction quand la famille apprécie ces desserts qu’on a fait soi-même. Mais cette satisfaction est loin d’être le seul avantage de la cuisine maison.

    Que ceux qui hésitent encore à se mettre sérieusement à la cuisine maison sachent que préparer ses propres plats est bénéfique pour la santé : http://www.viepratique.fr/bien_etre/nutrition-bien_etre/. La santé étant assurée entre autres par une alimentation saine et équilibrée, seule une cuisine maison permet de privilégier les aliments bénéfiques et bannir ceux qui sont néfastes. Cuisiner à la maison permet notamment de réduire la quantité de matières grasses qu’on peut retrouver habituellement dans les plats. En effet, avec les plats cuisinés, même si le goût est satisfaisant, les produits sont bien souvent trop salés et trop gras sans parler des ingrédients « inconnus » qui peuvent porter sérieusement préjudice à la santé. Si les plats cuisinés disponible dans les rayons de votre supermarché ont une apparence impeccable, il suffit de jeter un coup d’œil à l’étiquette pour ce rendre compte de ce qu’ils contiennent. Les conservateurs sont incontournables pour qu’ils se conservent pendant des semaines. On peut aussi citer les colorants, les arômes artificiels, les sauces etc. Et le grand public n’est pas toujours au courant de tous ces composants puisque la plupart est présentée sur l’étiquette par des appellations scientifiques et des formules chimiques incompréhensibles. Hypertension, troubles cardiovasculaires, diabète, obésité . . . la liste des maladies causées par certains plats cuisinés est longue. Avec la cuisine maison, on sélectionne les ingrédients, on limite l’apport en sel, en sucre et en gras et on privilégie les fruits et les légumes. Il existe de nombreux aromates naturels pour rehausser la saveur des plats. Bref, la cuisine maison a tout bon pour la famille.

    Rejoignant cette idée de cuisine maison qui est saine et équilibrée, la traçabilité des différents ingrédients est un atout que les plats cuisinés n’offrent pas toujours. Cette question de traçabilité est notamment devenue un souci particulier pour les consommateurs depuis le scandale de la viande de cheval retrouvé dans des lasagnes. Beaucoup de familles se tournent donc vers la cuisine maison où aucune surprise de ce genre n’est possible. Et pour pousser cette question de traçabilité encore plus loin, beaucoup de ménages disposant d’un peu d’espace préfèrent avoir un potager familial pour produire des produits bios.

    Le goût des plats est un autre avantage incontestable de la cuisine maison. Dans les plats cuisinés, on ne sent pas le vrai goût de l’ingrédient de base. Pour un plat de poisson par exemple, les saveurs naturelles du produit sont noyées dans les différents additifs chimiques. Et quand le plat est trop fade, les industriels misent sur le gras et le sel pour faire croire que c’est bon. Avec la cuisine maison, un plat de poisson est composé avant tout de poisson. On dispose alors d’une multitude d’herbes aromatiques et d’autres composants pour rehausser les saveurs. Cuisiner à la maison est la seule manière d’initier les enfants aux caractéristiques naturelles des aliments. Cela les habitue aux produits de qualité et leur évite de devenir dépendants des produits chimiques qu’ils goûtent dans les plats cuisinés. Et pour les impliquer encore plus dans cette aventure de la cuisine maison, ils peuvent participer à la préparation des recettes (sous la surveillance des grandes personnes évidemment)

    Ensuite, on en parle moins, mais le coût de la cuisine maison est plus abordable comparé à certains plats cuisinés. Et enfin, cuisiner à la maison est avant tout agréable. Cuisiner réunit la famille et les amis et déguster un plat qu’on a préparé ensemble fait partie des bonheurs simples de la vie. De plus, cuisiner optimise notre imagination et notre créativité. Si la consultation de recettes en ligne est indispensable au début, on peut improviser de plus en plus avec le temps.

    La constructution d’un maison écologique : les alternatives

    Utiliser des produits bio pour la construction, c’est devenu une tendance de ces dernières années. La question qui se pose est celle-ci : le fait-on justement pour respecter l’environnement dans la mesure où l’on ne cesse de parler de développement durable et d’économie d’énergie ou bien y-a-t-il d’autres raisons ?
    La première raison est sans nul doute la performance. Contrairement aux idées reçues en effet, utiliser des produits bio ne signifie pas du tout recourir à des matières de mauvaise qualité. Pour ne citer que l’exemple concret de l’isolation : l’isolant naturel est beaucoup plus performant que celui classique. Il propose une meilleure protection thermique ou contre les nuisances sonores.

    Des produits écologiques : dans quelles conditions ?

    En résumé, les consommateurs sont de plus en plus nombreux à se tourner vers les produits écologiques et, par conséquent, de bénéficier des matériaux à la pointe de la technologie.
    Par la suite, vient l’élément tout aussi important qui est le sanitaire. Depuis quelques années en effet, des études n’hésitent plus à dénoncer les effets nocifs de certains produits sur la santé. Le constructeur maison écologique doit ainsi faire plus attention à ces produits.

    C’est le cas notamment de certains produits de décoration. De plus, les spécialistes commencent à en parler de plus en plus, dans les revues spécialisées. Ainsi, après l’Allemagne, c’est au tour de la France de se tourner progressivement vers les alternatifs moins polluants comme les peintures sans COV, les revêtements non-émissifs ou encore les bois non traités.
    L’affaire de l’amiante a eu d’importantes répercussions négatives sur les consommateurs dans la mesure où elle a démontré que les matériaux ne sont pas toujours choisis pour leur côté sanitaire, mais plutôt pour leur coût moindre.

    D’autres affaires ont également éclaté et la liste n’est pas exhaustive. Mais en résumé, on peut dire qu’actuellement, les utilisateurs veulent disposer de matières et de matériaux qui ont moins d’effets négatifs sur la santé. C’est pour cela que la plupart des produits utilisés ont des composants naturels.
    Quoi qu’il en soit, l’aspect environnemental reste primordial. C’est grâce à lui que sont nées plusieurs solutions alternatives viables. Les acteurs, devenus pionniers de ce secteur, sont de plus en plus convaincus et engagés dans ce sens.

    En général, le côté écologique doit être pris en compte car les tensions qui entourent quelques matériaux comme le gaz, le pétrole et l’eau ne cessent de s’intensifier et deviennent les causes de plusieurs conflits dans le monde.

    Autres facteurs essentiels : l’énergie employée dans la fabrication des énergies non renouvelables ainsi que leur transport. Ce sont des sujets sensibles dans le domaine du réchauffement climatique.

    Enfin mais non des moindres, la fin de vie des produits est aussi plus que considéré dans la construction d’une maison. Avant, la majorité des matériaux étaient proposés sans aucune solution pour leur élimination. C’est le cas par exemple de la laine de verre. Elle ne fait l’objet d’aucun traitement après utilisation alors que les isolants écologiques peuvent être recyclés ou compostés.

    Autant d’éléments qui incitent à bâtir une maison écologique, comme le préconise les connaisseurs sur http://www.maison-dtt.fr/gammes/maisons_ecologiques.asp.

    Que dire des coûts?

    Bien évidement, la question du coût entre aussi en compte dans ce sujet épineux. Depuis toujours, l’idée d’un surcoût engagé pour une construction écologique a été démontrée. Ce qui a freiné la progression des achats des matériaux qui respectent l’environnement. En chiffres, on peut le traduire de 10 à 30%. Un surcoût dépend en général de l’investissement du propriétaire. Cette différence peut pourtant être réduite à zéro, voire même moins chère qu’une solution classique.
    Mais il est clair que tant que la demande n’aura pas atteint un seuil convenable, les démarches d’éco-constructions seront toujours classées parmi les produits luxueux. C’est donc au consommateur de changer la donne en changeant son propre comportement. Il faut pour cela consommer moins pour consommer mieux.
    Consultez le http://www.maison-dtt.fr si vous voulez faire partie des propriétaires de maisons écologiques.

    Pourquoi intégrer le click to chat à votre CRM ?

    Pour une gestion de la relation client efficace, le click to chat est un moyen très efficace pour enrichir votre base de données clients. Avec le click to chat, chaque conversation entre un client et un de vos conseillers e ligne est une mine d’informations, et l’intégration de cet outil à votre solution CRM permet de mettre celle-ci à jour directement.

    Ces renseignements qui complètent le profil de chaque appelant vous seront précieux à plus d’un titre. Dans le cas d’un prospect, vous pouvez adapter votre offre de produits et services à ses attentes et améliorer votre taux de conversion.

    S’il s’agit d’un client existant, son identification immédiate lorsqu’il vous contacte vous permet de lui offrir une assistance personnalisée, qui est sa principale exigence, avec la rapidité et l’interactivité.

    Plus économique que le téléphone, plus rapide que l’email, le click to chat est l’alternative idéale pour fournir aux internautes les informations ou l’assistance dont ils ont besoin sans temps d’attente.

    Par ailleurs, pour votre entreprise, l’intégration a un avantage économique indéniable, puisque vous supprimez le travail supplémentaire que représente la saisie des données obtenues du chat vers l’application CRM. Le flux de travail est allégé, et la productivité de vos équipes de conseillers, optimale.

    Pour en savoir plus, rendez-vous sur ce site internet ou visitez ce lien.