• Mobilier de jardin : quelques astuces pour l’entretien

    Si le mobilier de jardin est conçu pour faire face aux variations de température et de luminosité, il n’en nécessite pas moins un entretien régulier. Le nettoyage ainsi que l’application d’un produit spécifique sont alors souvent requis.

    &copy, decomaisondesign

    Résine, Loom, matières naturelles et toiles synthétiques

    Les mesures d’entretien diffèrent d’un matériau à un autre. Le nettoyage d’un mobilier design miliboo en teck ne sera par exemple pas le même que celui d’un meuble de jardin en aluminium. Pour l’entretien du mobilier en résine – PVC ou polyéthylène –, de l’eau savonneuse suffit souvent à éliminer les impuretés se déposant à sa surface. L’application d’une cire spéciale pour la résine de synthèse est cependant nécessaire après le nettoyage. Celle-ci redonne de l’éclat au meuble et facilite son nettoyage.

    L’entretien du mobilier en Loom se résume au passage régulier d’un linge humide sur sa surface. Pour ceux qui ne le savent pas, le Loom est une matière similaire au rotin tressé. Il est cependant plus solide et on l’obtient à l’aide de feuilles de kraft tissées autour de fils en acier. Il est plongé dans un bain de latex puis recouvert d’une peinture résistant à l’humidité pour le préserver des variations de température et des intempéries en extérieur.

    Pour les matières naturelles telles que le rotin, le bambou ou l’osier, il existe différentes mesures d’entretien. Celles-ci vont du nettoyage à l’eau savonneuse suivi d’un séchage au soleil pour le rotin à l’application d’huile de lin pour le bambou. L’osier nécessite quant à lui un lavage à l’eau tiède à laquelle est ajoutée du vinaigre ou du sel marin. Pour lui redonner de l’éclat, il est également possible d’utiliser du jus de citron mélangé à de l’eau froide.

    Enfin, pour les toiles synthétiques, un nettoyage à l’aide d’une éponge et de l’eau savonneuse suffit. Si le meuble dispose d’une housse pouvant être retirée, il est conseillé de passer celle-ci à la machine à laver à 40 °C. Il en est de même pour tous les types de toiles synthétiques, qu’il s’agisse de Textilène, d’Hularo ou de Batyline.

    Le bois, le métal et l’aluminium

    On distingue généralement deux types de bois pour la réalisation des meubles de jardin : les bois européens et les bois exotiques. Parmi les premiers, on trouve les résineux et les feuillus qui sont dans la plupart des cas déjà traités contre l’humidité. De l’huile d’apprêt est généralement utilisée pour les protéger des intempéries. La lasure peut également être appliquée pour prévenir l’apparition de champignons et de moisissures. Pour donner une belle finition au bois, il est par ailleurs recommandé de l’enduire d’un saturateur non gras.

    Parmi les bois exotiques, on distingue le teck qui est le plus utilisé et le bangkirai. Bien qu’ils soient imputrescibles, ils nécessitent toujours un entretien régulier étant donné qu’ils ont tendance à perdre leur couleur au fil du temps. Le teck doit ainsi recevoir une couche d’huile tous les six mois ou une fois par an. Il en est de même pour le bangkirai qui est traité avec de l’huile pour bois précieux. D’autre part, il faut savoir que le bois exotique doit être dégraissé dès le départ. Si ce n’est pas le cas, il est nécessaire d’appliquer une couche de nettoyant ou de dégraissant au moment de l’entretien.

    Pour ce qui est du mobilier de jardin en acier, un lavage à l’eau savonneuse suffit, car l’acier est généralement déjà traité contre la rouille. Il est cependant possible d’enduire une légère couche de crème pour métal à sa surface pour le nettoyer, le protéger et le faire briller. Concernant l’aluminium, de l’eau savonneuse permet d’éliminer les saletés et autres résidus se déposant à sa surface.

    Sources :

    http://www.marieclairemaison.com/,salon-de-jardin-faire-le-bon-choix,2570219,335232.asp

    http://www.miliboo.com/chaise-design.html

    http://www.deco.fr/actualite-deco/408874-mobilier-jardin-materiau-choisir.html

    Quelques recettes de milkshake aux biscuits

    © fussfreecooking.com

    À la fois gourmand et rafraîchissant, le milkshake se déguste à toutes les occasions. De plus, c’est une recette facile à réaliser à la maison, donc pourquoi s’en priver ? Voici quelques recettes qui valent le détour.

    Milkshake aux sprits citron

    Pour réaliser deux verres de milkshake, vous aurez besoin des ingrédients suivants : 6 sprits citron, 400 ml de lait et une petite boule de glace à la vanille pour la boisson et 20 cl de crème liquide entière, 1 sachet de sucre et quelques biscuits sprits pour la décoration.

    La première étape consiste à préparer la chantilly. Le mieux est de mettre le bol et le fouet ainsi que la crème liquide pendant une quinzaine de minutes dans le congélateur. Après, fouettez la crème pendant 3 à 5 minutes et ajoutez le sucre. Continuez à fouetter jusqu’à ce que la crème se transforme en chantilly ferme. Gardez au frais.

    La seconde étape consiste à préparer la boisson. Écrasez au mixer les sprits citron et ajoutez la glace vanille et continuez à mixer pendant quelques secondes. Versez le lait et mixez encore le tout. Broyez un ou deux biscuits et ajoutez à la boisson. Versez la préparation dans les verres et décorez avec la chantilly et saupoudrez de biscuit sprits citron en miette. Servez tout de suite.

    Milkshake à la vanille et aux marquisettes

    Pour 2 verres de milkshake, il vous faut les ingrédients suivant : 4 boules de glace parfumées à la vanille, 8 marquisettes dont 2 seront réservées pour la décoration, 20 cl de lait entier, chantilly, vermicelles de chocolat. Vous pouvez acheter la chantilly toute prête. Sinon, préparez-en une.
    Dans un bol, mettez la glace vanille. Écrasez 6 marquisettes en miette et versez dans le bol contenant la glace. Versez le lait et mixez le tout en mode rapide pendant quelques secondes. Versez cette préparation dans deux grands verres. Ajoutez par-dessus chaque verre de la crème chantilly et décorez d’une marquisette biscuit et des vermicelles de chocolat.

    Quelques conseils

    Pour varier les plaisirs, laissez-vous emporter par votre imagination pour créer votre milkshake aux biscuits. Vous pouvez par exemple remplacer la glace vanille par un chocolat. Les biscuits peuvent être remplacés par des cookies, des spéculoos ou encore des cigarettes russes. Le choix est infini lorsqu’il s’agit de préparer une boisson gourmande.

    Si vous aimez les marquisettes, nous vous invitons à découvrir une recette originale. Pour plus d’information, visitez cette page : http://www.delacre.fr/recettes-cuisine/recette-marquise-aux-marquisettes.

    Source.

    Amateur de musée ? Trouvez votre bonheur dans les musées d’Angers

    © : loireavelo.fr

    Cinq musées en particulier font la renommée de la ville d’Angers : le musée des beaux-arts, le musée Pincé, la galerie David d’Angers, le musée-Château de Villevêque, le musée Jean-Lurçat et de la Tapisserie Contemporaine. Que vous soyez un passionné ou un amateur d’art, vous pouvez venir admirer les œuvres d’artistes existant dans les musées d’Angers. Si vous avez le temps, vous pouvez même en profiter pour visiter entièrement la ville. Vous y découvrirez de nombreux endroits intéressants lors de votre séjour.
    Si vous souhaitez par exemple visiter le musée des beaux-arts, il est situé dans le logis Barrault. Vaste, il offre 3000m2 d’exposition à découvrir et possède deux parcours : histoire d’Angers et Beaux-Arts. Vous y trouverez 350 sculptures et peintures dont certaines sont vieilles du 14ème siècle. 550 pièces d’arts et archéologiques y sont également exposées. Il faut savoir que ce musée est aussi doté d’un auditorium, d’une salle d’exposition temporaire de 550m2 ainsi qu’un espace d’environ 1000m2 qui sert à conserver les œuvres non exposées dans les meilleures conditions de sécurité. Un cabinet d’arts graphiques pour les expositions patrimoniales avec la présence d’artistes contemporains.
    Si vous désirez aller à l’encontre d’une tradition et histoire de différents siècles, pourquoi ne pas s’offrir quelques jours de vacances dans la ville et séjourner dans l’hôtel Première Classe ANGERS OUEST – Beaucouzé. Si vous souhaitez naviguer sur le site de cet hôtel, vous pouvez essayer ici http://www.premiere-classe-angers-ouest-beaucouze.fr. Chacune des chambres de cet hôtel est équipée d’un bureau, d’une douche, ainsi que d’une télévision écran plat avec Canal Satellite et Canal +. Vous pouvez rester en contact en permanence avec vos proches grâce au wifi gratuit. Tout cela dans le but de vous garantir des moments de détente après une longue journée de visites de musées.

    Les sites touristiques immanquables de la ville de Beauvais

    © : beauvaistourisme.fr/

    Situé sur les rives du Thérain, Beauvais regorge d’endroits remarquables à visiter parmi lesquels on retrouve des maisons du Moyen Âge qui ont résisté à l’incendie de 1940. En passant dans la ville, il faut en profiter pour voir le chœur gothique le plus haut du monde qu’est la cathédrale Saint-Pierre. Il s’agit d’un véritable chef-d’œuvre témoignant l’architecture de l’an 1000. Or, cette cathédrale ne comporte ni de flèche ni de nef car sa construction est restée inachevée jusqu’à nos jours. Elle a aussi la particularité de renfermer l’une des horloges à carillons les plus anciennes au monde.
    Ce site exceptionnel offre également aux touristes un grand nombre de monuments à visiter dont la galerie nationale de la tapisserie. Il n’est alors pas étonnant qu’elle fasse l’objet d’une vaste campagne de valorisation et de sauvegarde. Grâce à la cathédrale Saint-Pierre, Beauvais a aussi reçu le label de Ville d’Art et d’Histoire. En ce qui concerne la galerie nationale de la tapisserie, elle a été édifiée en 1964 et se trouve pas loin de la cathédrale. Celle-ci représente notamment des expositions qui appartiennent aux collections du Mobilier National mais aussi des expositions temporaires.
    Si vous aussi vous désirez voir les sites touristiques les plus intéressants de la ville, retenez sans plus attendre une chambre au sein de l’hôtel Première Classe BEAUVAIS. Celui-ci est accessible par la N1 ou par A16 sortie n°14 si vous êtes de Paris. Si vous partez d’Amiens, il suffit de suivre l’A16 sortie n°15 jusqu’à Beauvais. Si vous voulez vous informer un peu plus sur l’hôtel, vous pouvez regarder ici http://www.premiere-classe-beauvais.fr. Il est par exemple indiqué sur ce site qu’avec seulement 4,90 euros, vous bénéficierez tous les matins d’un buffet petit-déjeuner. Ce dernier est proposé à moitié prix pour les enfants de moins de dix ans.

    Tout savoir sur la cathédrale de Reims

    © : paschervacances.com

    Magnifique chef-d’œuvre du XIIIè siècle et héritage incontestable du style gothique, la cathédrale Notre-Dame de Reims est incontournable pour les passionnés d’histoire et d’architecture. Sa beauté immense, élégante et étonnante séduit depuis plus de 800ans.
    La cathédrale Notre-Dame fait partie des meilleures étapes touristiques de Reims et de ses alentours parce que c’est un joyau architectural reconnu. Des milliers de Français et d’étrangers visitent ce lieu tous les ans pour s’imprégner de sa beauté et de sa richesse culturelle.
    Réservez votre chambre sur http://www.campanile-reims-centre-cathedrale.fr pour loger au Campanile REIMS CENTRE – Cathédrale et être au plus près de la cathédrale Notre-Dame. Évitez ainsi de perdre du temps dans les transports. En effet, cet édifice construit à partir de 1211 est parmi les principaux atouts touristiques de la ville. Étendu sur 6.650m², il s’agit en réalité d’un complexe cathédral. Sa longueur extérieure avoisine les 150m et celle de nef est de 115m. Sa partie la plus haute, à savoir le clocher à l’angle, s’élève à 87m. D’ailleurs, la hauteur est l’une des caractéristiques architecturales de la cathédrale. De nombreux experts le considèrent comme étant l’un des meilleurs héritages de l’art gothique en France. En effet, comme l’édifice a été érigé pendant trois siècles, il reflète l’évolution du style gothique durant cette période. Ainsi, on retrouve le premier art gothique, l’art gothique rayonnant et l’art gothique flamboyant.
    La magnificence architecturale de Notre-Dame de Reims, une cathédrale dédiée à la Vierge Marie, est rehaussée par ses magnifiques vitraux dont la rénovation est quasi permanente puisque des experts veillent tous les jours à ce que le patrimoine en verrière et les vitraux conservent leur beauté. Les sculptures et les statues, qui sont au nombre de 2.300 à l’intérieur et à l’extérieur de la cathédrale, font aussi partie des principaux attraits de l’édifice. On en saura plus en se rendant sur place et en réservant un hébergement sur ce site (voir ici). La réservation est conseillée surtout en haute saison où la cathédrale est quotidiennement visitée par des centaines de personnes.

    Pourquoi choisir une tenue spéciale running ?

    © : annedubndidu.com

    Contrairement aux idées reçues, le coton n’est pas la matière idéale pour le running. Il existe des produits spécifiques fabriqués dans des matières dites « respirantes », car c’est le critère clé. Zoom sur l’équipement de running, pour les hommes comme pour les femmes.

    Pour courir par tous les temps avec plaisir et le maximum de confort, il est essentiel de porter des vêtements adaptés. Avant d’entrer dans le détail, il faut savoir qu’il existe un ordre à respecter pour superposer les différentes couches de vêtements, et que cet ordre ne peut en aucun cas être inversé ; c’est le « principe des 3 couches ».

    En couche 0, portés à même la peau, il y a les sous-vêtements. Le rôle est multiple : assurer le maintien des muscles, absorber les chocs et offrir une plus grande aisance de mouvements. Les joggeuses apprécieront en outre l’absence de couture sur les bonnets, qui limitent les frottements. Avec leur coupe « seconde peau », ils sont les premiers à être en contact avec l’humidité produite par la transpiration, et qu’ils évacuent afin que le corps reste au sec et que sa température soit parfaitement régulée.

    Après les sous-vêtements, le T-shirt (couche 1) a également un rôle de thermorégulation et d’évacuation de la transpiration, quelle que soit l’intensité de la course et sa durée ou les conditions extérieures. Conçus dans un textile composé de fibres de polyester, d’élasthanne, de polyamide, ils n’absorbent pas l’humidité du corps (contrairement au coton), et évitent donc le refroidissement de la peau.

    Lorsque le temps est frais, une couche 2 représentée par une veste polaire est nécessaire. Sa fonction consiste à empêcher la chaleur corporelle de sortir, et le froid à l’extérieur, d’entrer. Grâce à une bonne circulation de l’air, la température corporelle se situe en permanence à son niveau optimal.

    En plus du froid, il n’est pas rare lorsque l’on court en plein air, de subir les autres intempéries. Ainsi, en couche 3, le coupe-vent assure une protection double, contre le froid et le vent. Certains modèles sont imperméables, évitant à la pluie de pénétrer. Là encore, il faut veiller à choisir un coupe-vent/pluie respirant, sinon les couches internes seront trempées, non pas par la pluie, mais par la transpiration qui n’est pas évacuée. Or, lorsque la peau est humide, la sensation de froid s’installe rapidement et il est très pratiquement impossible de se réchauffer par la suite !

    Liens utiles :
    http://www.annedubndidu.com/2014/02/running-training-conseils-bien-choisir-brassieres-soutiens-gorge-sport-6565/
    http://www.damartsport.com/C-180207-polaires
    http://www.damartsport.com/C-178412-sous_vetements-techniques

    Quelles sont les raisons d’être d’un test de QI ?

    ©ttvpsy.psychologies.com

    Faire un test de qi et s’extasier devant un chiffre élevé ou se laisser abattre devant un résultat plus bas que la moyenne n’a pas vraiment de sens. En effet, les résultats d’un tel test, que celui-ci ait été effectué sur un site tel que www.test-qi-einstein.fr ou au cabinet d’un psychologue, nécessite toujours l’explication d’un professionnel. Sans cette explication, le résultat d’un test de QI expose l’individu à des dangers comparables à ceux d’un faux diagnostic. L’impact du résultat d’un test de Qi est en effet important dans notre société. Mais en réalité, ce chiffre doit être considéré avec d’autres données étant donné que l’intelligence est un concept complexe où plusieurs facteurs interagissent. On peut notamment parler des facteurs propres à la personnalité, des facteurs sociaux, de l’éducation reçue etc. Encore beaucoup de gens ignorent actuellement les personnes ayant les connaissances les plus développées ou celles ayant fait des années d’études n’ont pas toutes un QI élevé. D’ailleurs, on peut avoir un QI très élevé et ne pas réussir brillamment dans les études. En créant son test, Wechsler a bien insisté sur le fait que cet outil analyse non pas le savoir, mais les potentiels d’une personne. On appelle potentiel intellectuel les capacités d’une personne à faire appel à ses ressources intellectuelles dans une situation donnée. Les tests de QI, plus précisément les différents subtests qui les composent, révèlent de précieuses informations sur le raisonnement, l’attention, la mémorisation, l’émotivité, la capacité d’abstraction ou encore le psychisme de la personne. On peut également citer la capacité de perception et de discrimination, l’impulsivité, l’adaptation à la réalité, l’organisation spatio-temporelle etc. Ces différents niveaux de maturité sont ensuite analysés pour déterminer l’origine des troubles rencontrés par l’individu. Toutes ces notions confirment que la connaissance n’est pas le seul facteur entrant en jeu dans le test de QI, mais également les facteurs affectifs de la personne.

    Les raisons pour lesquelles une personne est amenée à faire un test de QI sont diverses. Ce test est en général proposé par les psychologues aux enfants ayant des troubles spécifiques. Ces troubles peuvent être d’ordre affectif ou cognitif. On peut par exemple citer l’anxiété, l’angoisse, la difficulté d’apprentissage, la dyslexie, la dyspraxie, des troubles du sommeil etc. Le psychologue peut aussi préconiser un test de QI à la demande d’autres spécialistes responsables de l’enfant. Des commissions scolaires, des parents, des pédiatres, des psychomotriciens, des orthophonistes et d’autres experts peuvent demander un test de QI dans le but de mieux connaître l’enfant afin de lui proposer le soutien adapté à son profil.

    Le test analyse alors les aspects dynamiques de l’enfant et les résultats obtenus sont étudiés dans le but de mettre en place un programme adapté pour résoudre des problèmes précis, propres à l’enfant concerné. Pour évaluer les capacités intellectuelles d’un enfant, les psychologues proposent en général le modèle de Wechsler. La version utilisée actuellement est le WISC-IV ou Wechsler Intelligence Scale for Children forme IV qui n’est autre que la dernière version en sachant que ce modèle a été revu plusieurs fois depuis sa création. Beaucoup de psychologues ne jurent que par ce test parce qu’il est très fiable. Toutefois, il a des limites. Il n’est par exemple adapté qu’à une tranche d’âge bien déterminée, à savoir entre 6 et 17ans. Une fois le test terminé, le psychologue entame l’étape suivante qui est essentielle à savoir l’interprétation minutieuse de chaque détail. De cette interprétation doit sortir les logiques intellectuelles de l’individu, ses avantages, ses faiblesses etc. Le spécialiste peut alors parler de niveaux hétérogènes de maturité ou encore de résultats homogènes ou de résultats qui sont écartés les uns des autres.

    Consultez aussi:

    http://test.psychologies.com/calculez-votre-quotient-emotionnel

    Cultiver la pomme de terre

    La pomme de terre est un légume très facile à cultiver. La culture de la pomme de terre se fait en début de printemps, sous certaines conditions. Il lui faut un sol léger qui présente assez d’éléments nutritifs et une certaine profondeur. Tout particulièrement, la pomme de terre apprécie les conditions climatiques qui coïncident avec la floraison des lilas. Il vous faut attendre que le sol soit bien ressuyé et qu’il atteigne une température d’environ 10 °C. Pour permettre une bonne culture, optez pour des plants de pommes de terre pré-germés. Vous pouvez également faire germer les plants vous-mêmes, dès janvier. Il suffit de les mettre dans des clayettes, dans une pièce lumineuse et tempérée.

    Pour commencer, vous pouvez choisir entre les variétés de pommes de terre selon vos habitudes culinaires et vos gouts. Celles à chair ferme conviennent parfaitement à la cuisson à la vapeur, à l’eau et à l’huile. Cette variété de pommes de terre est parfaite en rissole, en robe des champs ou en salade. Aussi, les variétés à chair tendre sont très appréciées au four, en purée ou en gratin. Celles à chair farineuse sont destinées pour les purées, les soupes et les frites. Pour en savoir plus, visitez le lien.

    Pour des infos utiles :

    Guide d’achat d’huiles : http://www.lesieur.fr/Produits/Fleur-de-Colza/Fleur-de-Colza / http://www.lesieur.fr/Produits/Toutes-nos-Huiles

    Quelques secrets pour cultiver les pommes de terre : http://plantdepommedeterre.org/index/petits-secrets-de-culture

    Recette de gratin http://www.marmiton.org/recettes/recette_gratin-de-pommes-de-terre-fondant_37453.aspx

    Tout sur les cigarettes russes

    © choucoulat-and-co.over-blog.com

    La cigarette russe est biscuit cuit au four sur une plaque, puis enroulé sur elle-même pour prendre la forme d’un petit tuyau. Contrairement à ce que son appellation laisse suggérer, les cigarettes russes ne sont pas une spécialité de l’Est. Il s’agit plutôt une recette créée par Delacre, un biscuitier bruxellois. Retour sur l’histoire des cigarettes russes.

    Les origines des cigarettes russes

    Tout commence en 1870 lorsqu’un pharmacien belge répondant au nom de Charles Delacre décide de vendre du chocolat, un produit considéré à l’époque comme un médicament fortifiant. Sa chocolaterie connait vite un succès, ce qui lui a permis d’ouvrir une autre usine en 1873, soit trois ans plus tard. Dans les 1890, le pharmacien-chocolatier décide de diversifier ses activités et se lance avec l’aide de quelques maîtres biscuitiers dans la fabrication des biscuits. La première recette élaborée par Delacre fut un biscuit enrobé de chocolat qu’il commercialisa dès 1891 sous le nom de « Pacha Delacre ». En 1906, Pierre Delacre prend les rênes de l’entreprise de son père et continue de développer. C’est lui qui a créé la recette des cigarettes russes qui sont devenues plus tard le symbole de la réussite de la marque Delacre. Le nom de ces biscuits à la fois fondant et croquant vient de la façon dont les Russes roulaient à l’époque leur cigarette, en prenant le papier dans le sens diagonal alors que la technique la plus répandue consiste à le faire dans le sens de la longueur du papier. Les cigarettes russes sont aujourd’hui fabriquées dans l’usine Delacre située dans le Nord de la France, à Nieppe. Leur premier lancement remonte dans les années 1945-1960, après la Seconde Guerre mondiale, lorsque la marque Delacre décide de produire uniquement des biscuits raffinés. Désormais, les cigarettes sont devenues un grand classique présent dans les compositions d’autres recettes. Plus de 376 millions de cigarettes par an sont produites par l’usine Delacre de Nieppe. Certaines ont des bouts chocolatés et d’autres se préparent au spéculoos. Pour un aperçu, voir par ici : http://www.delacre.fr/biscuits/les-classiques/cigarettes-russes-speculoos.

    Comment préparer des cigarettes russes ?

    La recette classique consiste à prendre une quantité égale de farine, de beurre et de sucre. Pour faire une trentaine de cigarettes russes par exemple, il vous faut : 50 g de farine, 50 g de sucre glace, 50 g de beurre et 1 œuf. Faites ramollir le beurre à température ambiante et puis travaillez-le en pommade avec un fouet. Ajoutez le sucre et mélangez. Dans un autre bol, battez l’œuf et puis incorporez-le délicatement au mélange beurre-sucre. Ajoutez peu à peu la farine sans cesser de mélanger jusqu’à ce la pâte devienne homogène. Prenez ensuite un papier sulfurisé sur lequel vous allez, tracer de petits cercles d’environ 8 cm de diamètre soit à peu près le diamètre d’un grand verre. À l’aide d’une cuillère à café, posez sur chaque cercle une fine couche de pâte et étalez. Ne vous en faites pas si la surface n’est pas lisse. Elle finira par s’égaliser pendant la cuisson. Mettez ensuite les tas de pâte sur la plaque de cuisson et enfournez pendant environ 5 minutes. Vous saurez que vos cigarettes russes sont cuites lorsque leurs bords commencent à dorer. Dès la sortie du four, roulez rapidement chaque rond de pâte cuite sur lui-même pour former les cigarettes. C’est le moment le plus délicat de la préparation, car il n’est pas évident de rouler les pâtes encore brûlantes, d’autant plus qu’il faut faire vite, car elle se durcit très vite. Pour vous faciliter la tâche, vous pouvez utiliser des petits bâtons autour desquels vous pouvez enrouler vos cigarettes russes.

    Compte titres et fiscalité : on fait le point

    Un compte titre est un compte sur lequel on dépose les titres comme les actions, les obligations, les FCP, les Warrants ou les SICAV. Les fonctions d’un compte titre se résument par la gestion des titres des investisseurs ainsi que la gestion d’un compte espèce pour effectuer les ventes et les achats de titre. Un compte titré doit toujours être suivi d’un compte en espèce pour qu’il soit valable. Les valeurs mobilières sont les seules valeurs qui peuvent être posées sur un compte titre.

    © : votreargent.fr

    Le mécanisme du compte titre
    Généralement, toutes les personnes qui possèdent une capacité juridique, c’est-à-dire qui exerce convenablement ses droits et ses obligations peuvent avoir un compte titre dans l’institut financier de son choix. Une personne peut avoir plusieurs comptes titres dans plusieurs banques. Il n’existe pas de plafond d’investissement, le détenteur peut poser la somme qu’il souhaite. Pour le choix du compte, un investisseur a le choix entre 3 types de compte titres : un compte individuel, un compte joint et un compte indivis. L’individuel, comme son nom l’indique, est un compte réservé à une personne qui souhaite effectuer des opérations de ventes ou d’achats d’actions. Elle est la seule personne qui peut gérer son compte contrairement au joint. Le compte joint est géré par deux personnes, elles ont toutes le droit de réaliser des opérations indépendamment l’une de l’autre. Et enfin, il y a l’indivis, ce compte titre appartient à plusieurs personnes. Aucun de ces propriétaires ne peut effectuer une opération sans le consentement de tous les autres propriétaires du compte.
    La fiscalité sur l’acquisition d’une valeur mobilière
    À partir du 1er aout 2012, un investisseur est imposé à une taxe de « transactions financières » pendant l’acquisition d’une valeur mobilière si son capital est supérieur à un milliard d’euros et si son siège social se trouve en France. Un arrêté est publié chaque année pour définir la liste des entreprises qui sont imposées à cette taxe. Pendant la première loi de finances rectificatives en 2012, la taxe est de 0,1% du montant d’acquisition, tandis que pour la deuxième loi de 2012, elle a augmenté de 0,2%.
    La fiscalité sur les plus-values
    La fiscalité sur les plus-values est appliquée à toutes les ventes effectuées pendant une année civile. En 2012, quelle que soit la somme de votre résultat, vous payerez 24% sur vos plus-values. Mais depuis 2013, la somme à payer dépend du taux de l’impôt sur revenus ainsi que d’un abattement variable selon la durée de la détention du titre. Pour un régime général, valable pour les cessions d’actions, le FCP ou les parts sociales, un abattement de 50% s’applique sur une détention de 2 à 8 ans et l’abattement augmente jusqu’à 65% pour une durée de détention supérieure à 8 ans. D’autre part, le régime incitatif est réservé aux PME. Pour une détention entre un à 4 ans, le propriétaire du compte est imposé à 50% d’abattement, pour une détention de 4 à 8 ans, l’abattement est de 65% et enfin, pour une durée de plus de 8 ans, l’abattement est de 85%.
    La fiscalité sur les revenus
    Lorsque l’investisseur obtient un retour sur investissement, il est imposé à une cotisation sociale et à l’impôt sur revenus. En 2012, le taux était de 24% d’impôts sur le revenu lors du versement sur son compte. Mais depuis 2013, le dividende de chaque actionnaire est soumis à 21% d’impôts sur le revenu ajouté à une cotisation de part sociale de 15,5%.
    Investir dans un compte titre demande une certaine connaissance dans le domaine de la bourse ainsi que des risques qui y sont liés. Pour cela, demandez le guide d’un conseiller bancaire ou d’un gestionnaire de patrimoine. Vous pouvez également prendre quelques renseignements sur des sites comme Cortal Consors (https://www.cortalconsors.fr) ou L’Express (http://votreargent.lexpress.fr)